L'architecture du théâtre

Après son achèvement en 1854, le théâtre de la grande salle s'ouvre plusieurs fois par an à des représentations purement dramatiques, comédie pour le carnaval, drame, tragédie, voire opéra ou opéra-comique pour la fête du Père Recteur. Ainsi sont montés : en 1874, Joseph de MEHUL, La dame blanche de BOIELDIEU, en 1887, Richard Coeur de Lion de GRETRY, ATHALIE de RACINE en 1898 et Cyrano de Bergerac en 1900.

 

UNE SALLE DE THÉÂTRE INSCRITE DANS UN ENSEMBLE MONUMENTAL

 

Lorsque le Père Lauras conçoit le plan du Collège en 1851-1852, il respecte l'ordonnancement des collèges jésuites où les salles s'articulent autour de cours carrées avec une église ouverte sur la ville. Par rapport au quadrilatère principal, les extensions comportent une longue façade aux cent fenêtres et deux ailes symétriques bordant les cours de récréation qui s'apparentent aux dépendances que l'on trouve dans les châteaux français du XVIIIe siècle. Le style est soigné, celui de la Renaissance toscane. Extérieurement, les deux ailes sont divisées en trois parties par des pilastres en briques avec des façades où alternent pleins et vides. De larges frontons rectangulaires, aujourd'hui disparus, couronnaient les deux parties centrales. Les parties latérales sont formées d'arcades en plein cintre supportées par de puissantes colonnes toscanes en granit. Agrandi en 1864, pour accueillir plus de 400 spectateurs, le théâtre s'équipe de tribunes latérales et d'un balcon portés par de fines colonnes en fonte baguées à chapiteaux corinthiens. D'après des témoignages, cette salle transformée en 1969 était dotée d'une très bonne acoustique.

 

SAINT-FRANCOIS-XAVIER, MODÈLE D’ARCHITECTURE SCOLAIRE JÉSUITE

 

Les travaux d'adaptation et d'agrandissement de l'ancien couvent des Ursulines, à partir de 1852, manifestent de manière remarquable l'ambition architecturale à la fois monumentale, esthétique, fonctionnelle et innovante des jésuites pour leurs établissements scolaires. Les aménagements au service de l'éducation répondent à leur fonction par l'étroite corrélation entre un local, un matériel spécifique et une pratique pédagogique, telle qu'ils caractériseront l'architecture des collèges et lycées à l'époque contemporaine. Accompagner l'élève dans sa croissance corporelle, intellectuelle et spirituelle passe aussi par des équipements très concrets : grandes cours aérées, fontaines et bains chauds pour garantir l'hygiène, grande salle des séances (théâtre) pour valoriser les talents, sans jamais perdre de vue la symbolique chrétienne par une prédication visuelle.

 

Suivez l'actualité de la collecte ainsi que les évènements passés et à venir sur notre page Facebook des Anciens SFX !

à bientôt !

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Copil Theatre SFX © Identité visuelle Studio Hörtie